J’ai rencontré Sébastien à Bali et il m’a tout de suite impressionnée par sa capacité d’apprentissage et d’exécution. C’est vraiment l’exemple type de la personne qui a su profiter des opportunités du digital pour se réinventer et s’aligner. Il nous parle de deux activités possibles à développer lorsque l’on est digital  nomad : le dropshipping et l’infopreneuriat, dans l’immobilier en ce qui le concerne. Il nous donne aussi des conseils et partage avec nous sa vision du travail et de l’argent. 

Bonne lecture ! 

Formateur Immobilier

Seb, peux-tu te présenter, qui es-tu ?

 

Je suis Sébastien Feuchot, 34 ans et j’ai la chance aujourd’hui d’être rentier, libre et indépendant financièrement grâce à l’immobilier. Mais mon parcours a été long, j’ai dû énormément travailler et surmonter de nombreux obstacles pour arriver où j’en suis aujourd’hui.

Peux-tu nous expliquer ton parcours :

 

J’ai réalisé des études dans l’immobilier : BTS en immobilier, licence de droit immobilier et diplôme d’expert immobilier en valeur vénale (estimation dans le cadre de litiges) et ai été agréé par l’Etat. 

J’ai ensuite réalisé une alternance couplée à un job d’agent immobilier, puis, bossé en agence chez mon père à la frontière suisse (gex). Après un an avec lui en tant qu’employé commercial et suite à son départ à la retraite, j’ai racheté la société. 

Entre mes 21 ans et 33 ans, j’ai créé trois agences : une société de promotion immobilière, une société de rénovation et une société de construction ainsi qu’un magasin pour la maison (carrelage, cuisine…). L’idée était de couvrir les besoins des clients à 360° : on trouvait des terrains, ma société de promo les rachetait, on construisait grâce à la société de construction puis équipait avec le magasin.

En 2015, tout a flanché. Je gérais jusqu’à 7 sociétés en même temps, 50 employés, mais je n’avais plus de vie, bossais 12h par jour 6 jours sur 7. Malgré un bon salaire, un bon appart, une belle voiture, je n’étais pas heureux.  

J’ai alors eu des problèmes de santé et ai fait un burnout. Je ne pouvais plus parler, manger, marcher, m’évanouissais tous les jours, étais maigrissime, et mangeais une fois par jour, je n’avais le temps de rien et étais très stressé. Le stress des responsabilités c’est dur. Avec 50 employés, il y a toujours des soucis d’absentéisme et d’imposition. Je me suis dit si que si c’est pour mourir à 40 ans riche, ça ne servait à rien. Je voulais alors un changement mais ne savais pas comment sortir de tout ça,  ne pouvais pas juste « démissionner ». Et pour faire quoi ? Je ne connaissais que l’immobilier. Ca a pris du temps. 

 

Comment est venu ton changement de vie ?

 

En 2016, je suis venu à Bali en vacances, et j’en suis tombé amoureux. Je me suis décidé à tout arrêter, rester là-bas et aviser. En vendant mes sociétés, j’avais deux ans pour me retourner mais j’étais stressé car je ne savais pas quoi faire et où aller. J’ai mis deux ans à vendre mes sociétés et suis finalement parti en 2018. 

Avant d’arriver, mon objectif était de bosser en ligne afin d’avoir la liberté de voyager, découvrir le monde, ressentir moins de stress et de responsabilité, travailler aux heures que je veux et d’où je veux. J’ai alors tapé sur Google « Comment gagner sa vie en ligne ». Je savais juste utiliser Youtube et Facebook. Après des heures passées à lire, regarder différentes vidéos sur différents métiers, j’ai finalement décidé de me lancer dans le dropshipping. Ca paraissait simple et rapide. Un mois avant d’arriver à Bali j’ai acheté une formation en ligne et ai bossé comme un chien. Arrivé à Bali, j’ai créé mon site et dès le 1er mois je me faisais 1500 euros et ça a augmenté petit à petit. Avec le dernier site, j’ai gagné 35 000 euros en trois mois net d’impôt. J’ai créé 15 boutiques en un an, 4 marchaient bien : bijoux pour homme, montres, objets pour la cuisine etc. J’ai cependant dû me former sur différents aspects : créer une boutique, un logo, emailing marketing, abandon de panier, pop up de vente, Facebook Ads etc. 

L’an dernier, j’ai reçu beaucoup d’appels d’anciens clients, collègues, partenaires. En France, j’étais dans les 10/20 1ères agences d’un réseau de 1200 agences et suis donc assez réputé dans le métier. Régulièrement, des personnes que je ne connais pas me contactent et me demandent des conseils. Après réflexion, je me suis dit qu’il fallait mixer mes nouvelles compétences digitales avec mes compétences professionnelles afin de devenir digital nomade en réalisant des formations immobilières. Je n’aurais jamais pu le faire avant sans m’être auparavant formé au digital. 

 

Formateur Immobilier

 

Quelle est ta philosophie de vie par rapport au travail ?

 

Ce sont les choix qui importent dans la vie. Moi, je préfère gagner moins et avoir le temps de profiter de la vie, plutôt que gagner 10-15 000 par mois et ne pas être heureux.

Aujourd’hui je peux dire que ma qualité de vie est géniale, je n’ai plus de stress. Avant, je mettais un costard à 6h du matin et bossais devant l’ordi à gérer la compta, les chiffres, organiser des réunions, etc. Je ne faisais plus du tout d’immobilier. Je suis revenu à mon coeur de métier, et pas à la vie de patron. 

Je me sens tellement heureux, je bosse beaucoup mais j’aime ce que je fais. La liberté d’horaires et  d’organisation change tout. Je sens que j’apporte de la valeur aux gens, ils sont super contents, je réponds à toutes leurs questions, ça c’est vraiment cool. 

Que conseilles-tu à ceux qui veulent se lancer ?

 

Tous les métiers sont faisables à partir du moment où tu as une compétence ! J’ai des amis qui vendent des formations sur comment séduire, sur le sport et l’alimentation, le pilates etc. Il y en a pour tous les goûts ! Il suffit d’avoir un peu d’expérience et de savoir vendre. En ce qui concerne les prix, il y a de tout, ça dépend vraiment du contenu, ça peut aller de 17 à 2000 euros. Par exemple, un de mes potes forme sur l’usage d’un outil digital, il vend sa formation 27 euros à sa communauté composée de 80 000 personnes. Dès qu’il y a un nouveau logiciel, il réalise 5h de vidéo, envoie un mailing aux 80k et reçoit au minimum 1000 ventes. Si tu as une grande communauté, tu peux réussir à réaliser beaucoup de ventes

Quelles sont les formations immobilières que tu proposes ?

 

Je propose deux types d’accompagnement :

Pour un patron par exemple, je propose : un mois d’audit, éplucher le bilan, optimiser les contrats de travail, revoir le système de rémunération, l’organisation, le leadership etc. Ensuite, je propose des plans d’action et je l’accompagne pendant 1 an. Bosser avec des pros, c’est ce que je préfère. En effet, il n’existe à ce jour pas de concurrence en France car personne n’est pro notamment à cause des problèmes légaux. 

J’apporte une vraie valeur, d’ailleurs, si je ne te fais pas gagner 20 000 euros dans l’année, je te rembourse. Tu peux vite gagner 10K, 20k rien qu’en ayant des contrats qui tiennent la route, éviter les prud’hommes, etc. En ce qui concerne les aspects légaux, je suis des sites et pages pour rester informé des nouveautés et m’aide de mes amis en France qui sont tous dans l’immobilier (huissiers, notaires, patrons d’agence…).

Comment est-ce que tu te sens aujourd’hui ?

 

Je suis très bien à Bali, je m’y vois bien sur le long terme, mais j’adore voyager et si demain je trouve un endroit cool, j’y reste. La France, j’y vais pour voir ma famille mais je ne me vois plus y vivre. 

Formateur Immobilier

 

Quelles leçons tires-tu de ton parcours ?

 

La peur c’est une illusion. La vie, elle commence quand tu sors de ta zone de confort. Quand tu n’en sors pas, tu ne fais qu’exister, tu ne vis pas, tu n’es qu’un pion dans la société. Quand tu sors de ta zone, c’est à ce moment-là que ça commence à être magique. Il y a des risques, mais pas plus que quand tu peux te faire virer du jour au lendemain. Même moins de risques, car ici tu n’as pas besoin du même budget pour bien vivre : 1 500 euros ici tu vis bien, en France, tu survis. 

Partages-tu ce mindset avec ta communauté ?

 

Oui, et je vais aussi faire une vidéo sur le sens de la vie. La vie, c’est kiffer chaque journée, vivre de nouvelles expériences. La richesse, ce n’est pas que l’argent, c’est l’amour, l’amitié, le partage, l’expérience. L’argent aujourd’hui, c’est pour me payer des expériences, des moments et plus pour du matériel. 

C’est l’année où j’ai gagné le plus d’argent de ma vie que j’ai été le plus malheureux. 

“Tu es la seule et unique personne qui peut changer ta vie. Tout commence par un rêve, tout se concrétise par l’action.” 

 

Si tu veux en savoir plus sur les formations proposées par Sébastien tu peux le retrouver sur son site internet, sa chaîne Youtube, son compte Instagram ou encore son compte Spotify !

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × un =

16 + = 22