Cela fait maintenant plus d’un an que j’ai lancé mon business en tant que Freelance, avec des hauts des bas mais surtout beaucoup d’épanouissement. Le « plus jamais » de vie de bureau est toujours clairement d’actualité… avec une organisation qui s’est malgré tout décantée et aménagée au fil du temps. 

On encense beaucoup les #GirlBoss et autres modèles de business surchargés et surproductifs… ce que j’ai entrepris de faire moi aussi au départ.

Mais à force de vouloir trop en faire et cocher trop de cases d’un coup, on en oublie de vivre. 

Changer de vie et en construire une nouvelle qui fonctionne hors des sentiers battus, c’est beaucoup de pression et je ne regrette pas une minute d’avoir tout donné ces derniers mois. Mais avec l’expérience vient aussi l’apprentissage, celui d’une vie qui passe vite et qu’il faut prendre le temps de savourer. L’objectif de ce nouveau mode de vie est avant tout de se débarrasser des contraintes inutiles pour vivre mieux… tu ne quittes pas ton boulot 9-19h pour travailler H24 7J/7. 

Voilà les 5 évolutions mises en oeuvre pour vivre mieux sans mettre en danger mon business : 

Déléguer un certain nombre de tâches :

 

… avec le création du Hub Nomade, un collectif de Freelances entre Paris, Hossegor et Bali qui rassemble des compétences complémentaires pour travailler ensemble en mode projets ! Une décision qui m’a aussi permis de palier la solitude du statut de Freelance qui devient très vite étouffante. Tourner en rond dans son coin n’a jamais aidé personne ! 

 

Arrêter de bosser après 17h30 :

 

(Sauf urgence évidemment).Comme me l’a si bien dit ma chère maman « tu n’es pas partie vivre à Bali pour faire un burn-out » – et elle a parfaitement raison. Je suis plutôt du matin, donc quand tu commences à bosser à 7h, t’arrêter à 17h30 en ayant déjeuner devant l’ordinateur, c’est loin de « prendre ton après-midi »… ! L’essentiel étant de prévoir les confcalls et autres points avant 11h heure française. 

 

Avoir des weekends complètement OFF :

 

La to do list tient désormais en 5 jours, car mine de rien la « charge mentale » s’accumule en bossant même un petit peu tous les jours, et au bout de 16 mois à bosser quotidiennement, je n’en peux plus. Chaque semaine et chaque journée sont désormais organisées en fonction d’objectifs bien précis, répondant à une stratégie validée avec mes clients. 

 

Reprendre les side projects :

 

Lectures, écoutes, écrits d’inspirations, interviews, projets associatifs ou d’entrepreneuriat… En faire plus pour ses clients, ce n’est pas forcément être payé plus. Dédions donc le reste d’espace de cerveau disponible restant à nos petits projets passion !

 

Collection de bikinis Tales & Tides #2019

Bouger :

 

J’ai vécu à Bali en disant régulièrement « j’ai pas le temps de surfer j’ai trop de boulot ». Maintenant je loupe des confcalls en prétextant une contrainte pro… pour aller surfer ! Ceci reste très exceptionnel bien sûr et l’idée n’est évidemment pas de vous encourager à faire l’école buissonnière mais davantage à écouter votre corps et besoins internes. Rien ne sert de rester à tout prix devant l’ordinateur si on a besoin de relâcher la pression. 

 

 

Tout cela est finalement revenu à intégrer un peu de cette culture indonésienne qui m’entoure : le passé est derrière, le futur est devant, ce qui compte c’est ce qu’il se passe ici et maintenant !

 

Crédits Photos : Marine Graham Photography 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + dix-neuf =

41 − = 37